25 ans déjà

109

La liste unitaire indépendantiste en Provinve sud a commémoré, ce dimanche 4 mai, les disparitions de Jean-Marie Tjibaou, Yeiwéné Yeiwéné et Djubeli Wea. Un rendez-vous programmé au Centre culturel Tjibaou devant la statue de l’ancien leader du FLNKS. Mémoire

A une semaine d’un scrutin qu’elle a décidé d’affronter unie, la liste conduite par Roch Wamytan a fait escale au Centre culture Tjibaou pour saluer la mémoire de tous les vieux qui sont tombés. Bien évidemment, en ce 4 mai 2014, un quart de siècle après les disparitions brutales de Jean-Marie Tjibaou et de Yeiwéné Yeiwéné à Ouvéa, la liste « Construisons notre nation arc-en-ciel » s’est donnée rendez-vous au pied de la statue de son ancien leader historique.

De nombreux candidats étaient là, accompagnés par des militants et des proches, qui ont déposé une gerbe en mémoire de celui qui « a tracé le chemin ». Wassissi Koni et Jean-Pierre Deteix ont rappelé quelques grandes lignes de cette histoire. De son côté, Alosio Sako, très solennel, a remercié « Jean-Marie pour la poignée de mains qui a permis à ce pays de vivre en paix et de se construire ». Le leader du RDO a profité de l’occasion pour répéter : « C’est vrai que ce n’est pas la France ici, c’est chez toi, chez le peuple Kanak. »

Un sénateur coutumier a profité de l’occasion pour s’étonner, lui, que cette main tendue par l’ancien leader du FLNKS n’ait pas reçu beaucoup de retour de la part des autres communautés. Et si « tout ce temps a permis d’ouvrir les yeux et les cœurs », il reste encore un long chemin à parcourir pour relever tous les défis de la dernière mandature de l’Accord de Nouméa. Sur les hauteurs de Tina, la statue de Jean-Marie Tjibaou observe tout cela avec sérénité, sans doute encore persuadée que « le pari sur l’intelligence » finira par l’emporter…



Articles connexes et Commentaires

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *