Nationalisme : Lorsqu’à CE un Philippe se prend pour Alexandre le Grand …

199

Quand on décortique le résultat du vote au congrès pour choisir la date du référendum, on est légitime à se poser des questions du côté des loyalistes.

En tout cas quelle tristesse pour leurs électeurs et quelle joie pour les indépendantistes assistant à cette joute verbale entre loyalistes des républicains calédoniens, du MPC et du rassemblement républicains d’un côté et des nouveaux nationalistes de Calédonie Ensemble de l’autre.

Qu’ils se sont délectés les indépendantistes à voir où nos représentants politiques loyalistes étaient rendus et pourquoi ? Pour savoir qui réécrirait le rapport de présentation du texte qui arrête la date du premier référendum au 4 novembre 2018…

Tout ca pour nous expliquer que c’était la faute de ceux qui ont quittés le G10 parce qu’ils n’assumaient les décisions actées en réunion au Haut-Commissariat ce fameux dimanche et les autres expliquant que les décisions en G10 n’étaient pas censées être rendu publiques.

En fait comme à son habitude le grand seigneur du moment a souhaité faire un coup politique en expliquant au JT de NC 1ère qu’il revendiquait de A à Z la rédaction de ce rapport sauf qu’il ne pensait pas à ce moment là que CE se retrouverait seul avec les indépendantistes, à voter pour cette délibération au Congrès : après les mots à l’université de la Nouvelle-Calédonie, le projet nationaliste de CE prend corps…

Malgré l’affaire de C PUIGDEMONT en catalogne espagnole, ou JG Talamoni en Corse, pour ceux qui en douterait, qu’est ce qu’un nationaliste ? « Personne militant dans un mouvement de libération nationale, ou qui est favorable à la constitution de sa communauté en tant que nation. »

Nationalisme : « Doctrine, mouvement politique fondé sur la prise de conscience par une communauté de former une nation en raison des liens ethniques, sociaux, culturels qui unissent les membres de cette communauté et qui revendiquent le droit de former une nation autonome. »

La petite nation dans la grande était une première étape sur ce chemin.

Mais c’est vrai qu’à l’approche des échéances cruciales pour l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, Calédonie Ensemble et les indépendantistes sont majoritaires. Ils nous l’ont démontré.

C’est vrai qu’Alexandre le Grand a conquis de la Grèce jusqu’aux contrées lointaines de la Perse et libéré l’Egypte. Sa technique : commencer par éliminer tout rival potentiel, poursuivre par la consolidation du pouvoir.

Un fois la conquête achevé il pacifiait la région en s’appuyant sur ses plus fidèles soldats, qu’il entourait des élites locales. En leur donnant l’illusion de régner, Alexandre détournait le pouvoir à son avantage.

C’est vrai que le père d’Alexandre de Macédoine s’appelait Philippe II, son successeur Philippe III…

Sommes nous à l’aube de la naissance d’un légendaire Philippe le Grand ? Peut-être avec ces amis de l’élite indépendantiste et nationaliste.

L’indépendance ou la souveraineté partagée est un modèle de société qui pourrait, avec l’appui des indépendantistes, hisser notre Philippe à la tête de Nouvelle-Calédonie-Kanaky.

A qui la faute ? Aux électeurs qui ont choisit de voter pour lui, et aux autres partis loyalistes incapables de se regrouper pour défendre l’intérêt général des calédoniens : la Nouvelle-Calédonie française.

A bon entendeur…



Articles connexes et Commentaires

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *